Accueil du site > Manifestations > Colloques et journées d’étude > Quelles politiques (...)

Quelles politiques culturelles pour les départements d’outre-mer ? Perspectives historiques

Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail

Dans votre agenda:

Lundi 13 février 2012

Quelles politiques culturelles pour les départements d’outre-mer ? Perspectives historiques Journée d’études du 13 février 2012 – Cité nationale d’histoire de l’immigration Organisée par le Centre d’histoire sociale du XXe siècle (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) Avec le soutien de la CNHI et du département du pilotage de la recherche, Direction générale des patrimoines, MCC proposée dans le cadre de 2011, année des Outre-mer français

PNG - 1.9 Mo

Si l’histoire des politiques culturelles françaises depuis 1959 est désormais bien connue, si des recherches se développent aujourd’hui autour d’une étude comparée des politiques culturelles internationales, des zones d’ombre demeurent en matière d’applications pratiques des politiques culturelles, notamment dans l’espace ultramarin. Les implications culturelles de la départementalisation, et plus encore les expériences et les initiatives antérieures, souvent proliférantes, sont largement méconnues. À l’évidence, les repères métropolitains ne peuvent être plaqués à l’identique. De profonds décalages existent entre la création de structures et d’organismes en métropole et l’implantation dans les DOM, celle-ci n’obéissant à aucune marche uniforme. Les circulations culturelles interrégionales demandent à être mieux considérées au point que l’interrogation sur l’échelle d’analyse est déterminante. La notion même de culture ne peut être posée sans tenir compte d’une histoire spécifique aux citoyens des outre-mer et de la quête d’une identité culturelle propre. Entre préservation d’un patrimoine dont il conviendra de circonscrire l’étendue et valorisation de la création, on s’interrogera donc sur la définition et le sens de l’expression « politiques culturelles » appliquée aux départements d’outre-mer. On tentera d’en identifier les prémices, repérer les moments d’émergence et les rythmes, d’en observer les acteurs principaux et les manifestations saillantes, d’en comprendre les enjeux passés et contemporains. Sur ce dernier plan, on ne minimisera pas les débats et les conflits auxquels ont pu donner lieu ces politiques culturelles.

Sur un plan plus pratique, cette journée d’études a également pour ambition de confronter la parole des historiens, des témoins et des acteurs.

Les organisatrices : Pascale Goetschel, Caroline Bourgine, Julie Verlaine et Anna Trespeuch PROGRAMME 9h Accueil par Luc GRUSON, directeur général de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration Ouverture par Philippe RYGIEL, directeur-adjoint du CHS. Introduction par les organisatrices.

9h30-11h Session 1. Réflexions. Émergence des modèles à l’heure de la décolonisation et de la départementalisation (des années 1940 aux années 1960) Présentation par Daniel MAXIMIN, commissaire en charge de l’année des Outre-mer français. Priska DEGRAS (Centre d’études francophones, Université Paris IV). « L’heure de nous- mêmes a sonné ». Jacques DUMONT (Laboratoire AIHP-Geode EA 929, Université Antilles-Guyane). Mise en perspective des questions culturelles et politiques autour de la départementalisation en Guadeloupe et Martinique. Françoise BLUM (CHS, CNRS). Présence africaine des DOM.

11h15-12h45 Session 2. Expérimentations. Initiatives locales et premières structurations (des années 1960 aux années 1980) La politique culturelle à Fort-de-France : interview de Jean-Paul et I. CÉSAIRE. Ghislaine GADJARD (Ancien conseiller pour le théâtre et l’action culturelle au Ministère de la culture ; ancien consultant à l’Unesco ; auteure du Guide culturel de la Guadeloupe, 2004). Le « bouillonnement culturel » des années 1970-1985, un témoignage. Carpanin MARIMOUTOU (LCF-UMR 8143, Université de La Réunion, chargé de mission sur le projet de la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise). Les mouvements culturels réunionnais et les luttes pour les cultures vernaculaires des années 1970 à aujourd’hui.

14h30-16h Session 3. Valorisations. Politiques culturelles et DOM : entre aménagement du territoire et action culturelle (des années 1980 aux années 2000)

Danielle BÉGOT (AIHP GEODE, EA 929, Université Antilles-Guyane). L’État et les enjeux patrimoniaux aux Antilles, de la départementalisation à la décentralisation. Alain FOIX (Écrivain, ancien directeur de la scène nationale de la Guadeloupe, fondateur de la compagnie théâtrale Quai des Arts). La création et la diffusion artistique et culturelle en Guadeloupe à l’épreuve de l’identité et de l’isolement. Le cas de la scène nationale. Fanny AUGUIAC (ancienne directrice du Centre martiniquais d’Action Culturelle, de 1975 à 2006). La mise en place d’établissements culturels en Martinique (Sermac et CMAC) dans les années 1970. Marie-Jo LO-THONG (Conseillère au service du patrimoine, de l’architecture et de l’urbanisme, Direction des affaires culturelles océan Indien - DAC OI).

16h15-17h30 Session 4. Et maintenant ? Enjeux et débats contemporains Fred CONSTANT (CRPLC, Université Antilles-Guyane ; Directeur régional des affaires culturelles de la Martinique de 1991 à 1993) . Céline DELAVAL (Directrice des affaires culturelles, mairie de Saint-Laurent du Maroni). André DELPUECH (Conservateur en chef du Patrimoine, responsable des collections des Amériques au musée du Quai Branly). Laurella RINÇON (Conservatrice du patrimoine, Direction générale des Patrimoines, Ministère de la culture et de la communication). Françoise VERGÈS (Politologue, écrivain, Consulting Professor à Goldsmiths College, Lon- dres et présidente du Comité pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage).

La journée d’études se clôturera par le vernissage à 18h de l’exposition des photographies de Frédéric Piantoni, Migrants en Guyane, Chercher la vie.

Merci de vous inscrire à la journée d’études à l’adresse politiques.outremer@gmail.com. Si vous souhaitez déjeuner sur place avec les intervenants, précisez-le dans votre mail avant le 6 février (contribution par personne : 20 euros, à régler par chèque au nom de l’Association MALHER). Nous remercions l’Association Réunionnaise Communication et Culture pour sa contribution.

Contacts : politiques.outremer@gmail.com 06 83 51 64 46 Sites : http://chs.univ-paris1.fr/ http://www.histoire-immigration.fr/