Accueil du site > Manifestations > Séminaires > L’Europe des guerres (...)

L’Europe des guerres lointaines 2012-2013

Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail

Dans votre agenda:

Mercredi 3 octobre 2012

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Master « Histoire des sociétés occidentales contemporaines. xixe-xxie siècles »

Séminaire 2012-2013

L’Europe des guerres lointaines. Représentations et sensibilités. 1820-1930

Hervé Mazurel et Sylvain Venayre

Le séminaire a lieu un mercredi sur deux de 18 à 20 heures en salle Picard 2 (Sorbonne, escalier C, 3e étage, couloir droite).

Les « guerres lointaines » : on en parlait beaucoup dans l’Europe du xixe siècle. Elles avaient pour cadre les confins du continent, de la Grèce à la Crimée ; le Nouveau Monde des armées de Bolivar, des volontaires garibaldiens, de l’intervention française au Mexique ou de la guerre de Sécession ; l’immense Asie, depuis l’Afghanistan jusqu’à la Chine et à la guerre russo-japonaise ; l’Afrique mal connue, de l’expédition d’Alger à la guerre des Boers ; les mers du Sud, enfin, où un certain nombre de conflits accompagnèrent la désignation nouvelle de l’océan dit « Pacifique ». Ces guerres n’étaient pas sans précédent – et d’autres survinrent, qui leur ressemblèrent, jusqu’à aujourd’hui. Reste que ce séminaire, crée en septembre 2011, interrogera en priorité le long xixe siècle, lequel, pour de nombreuses raisons (relative rareté des conflits sur les territoires de l’Europe de l’Ouest, définition d’une politique moderne de colonisation outre-mer, avènement des supports de la culture de masse), paraît en constituer un moment décisif, où l’écho de ces guerres en Europe fut proprement original, comme ses conditions. De là, cet ensemble de questions : comment furent diffusés et reçus, à l’intérieur de l’Europe, les récits d’expériences de ceux qui vécurent ces conflits, soit comme soldats, soit comme témoins directs. Comment furent-ils représentés – par la presse, par l’image, par les objets, par le spectacle ? Que pouvons-nous savoir des modalités de leur appropriation par les différentes opinions publiques ? En quoi la circulation de tous ces discours et de toutes ces images, entre les différents pays d’Europe, participa-t-elle à sa manière de la définition d’une identité européenne ? Telles sont donc les interrogations qui nous guideront cette année encore pour construire, au croisement de l’histoire des représentations et de celles des sensibilités, un objet d’histoire original : les « guerres lointaines » des Européens.

3 octobre : Séance introductive : définitions, problématiques, organisation de l’année.

24 octobre : Sur la guerre globale Romain Bertrand (Sciences Po) : Les batailles de Batavia (1617-1629). Le champ de bataille comme « terrain intermédiaire » de la rencontre Europe-Asie. Hervé Mazurel (Orléans) : Cultures combattantes et guerres lointaines. L’expérience philhellène de la guerre gréco-turque (1821-1830).

14 novembre : Les lointains guerriers (1) : l’Extrême-Orient Victor Louzon (Sciences Po) : Les « Huns » et les fanatiques : civilisation, barbarie et décivilisation pendant la guerre des Boxers. Ken Daimaru (Paris 10) : Production et réception des discours sur la « balle humanitaire » en Grande-Bretagne et au Japon au temps de la guerre russo-japonaise.

28 novembre : Les lointains guerriers (2) : le Nouveau Monde Bernard Gainot (Paris 1) : Reconquérir Saint-Domingue. Politique et ressentiment. Farid Ameur (Paris 1) : « Comme c’est étrange… » Regards français sur la guerre civile américaine (1861-1865).

12 décembre : Figures de soldats Hervé Drévillon (Paris 1) : « Pour faire un zouave, prenez un Français » : le tempérament militaire national au révélateur du dépaysement. Marius Loris (Paris 1) : Le para français : du baroudeur colonial au soldat menaçant (1945-1962).

16 janvier : Le discours sur les races Vincent Joly (Rennes 2) : La notion de race dans les armées européennes avant 1914. Stéphanie Soubrier (Paris 1) : Les Bambaras : du sauvage au soldat (1890-1914).

30 janvier : La circulation des hommes Caroline Douki (Paris 8) : Un monde de guerriers déchus ou un espace de brassage à l’échelle méditerranéenne ? Les migrants à la Légion étrangère des années 1830 aux années 1930. Géraud Letang (Sciences Po) : Partir, désobéir, combattre ? Circuler dans les territoires de la France libre (1940-1944).

13 février : Modèles littéraires Sylvain Venayre (Paris 1) : Les figures de la guerre dans les Voyages extraordinaires de Jules Verne (1863-1905). Matthieu Letourneux (Paris 10) : Les récits de guerre lointaine dans les collections populaires (1910-1930), entre sérialité et actualité.

27 février : Représentations théâtrales Corinne Legoy (Orléans) : « Les plus beaux vers du monde ne pèseront pas un grain dans leurs destinées » : hésitations et malaise de la censure théâtrale sous la Restauration face à la guerre d’indépendance grecques. » Jean-Claude Yon (Versailles-Saint-Quentin) : « Guerriers » et « lauriers ». La guerre sur les scènes parisiennes au xixe siècle.

6 mars : La transmission de l’information Nicolas Pitsos (Inalco) : « L’Orient-Express ne partira pas ce soir » : écho des guerres balkaniques de 1912-1913 dans la société française. Joëlle Beurier (Paris 13) : La Grande Guerre des illustrés : exotisme, sensationnel, réalisme.

13 mars : Emotions coloniales Marc Michel (Aix-en-Provence) : Sur le Nil, juin 1898, Marchand contre les Mahdistes : David contre Goliath ? Lancelot Arzel (Sciences Po) : A contre-courant des « atrocités congolaises » : s’émouvoir du scandale colonial en Belgique et dans le monde au début du xxe siècle.

15 mai : bilan de l’année 2012-2013, perspectives de recherches.