Accueil du site > Association > Actualités > Congrès 2015 de l’ADHC

Congrès 2015 de l’Association
Congrès 2015 de l’ADHC

Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail

Le Congrès 2015 de l’ADHC se tiendra Samedi 26 septembre 2015 à la Maison de la Recherche Maison de la recherche de Paris-Sorbonne- 28 rue SERPENTE - 75 006 - Odéon- Cluny - St Michel. matin - 9h-12h salle D040 10 heures-12 heures Conférence d’Avner Benamos (Université de Tel Aviv)« La Mémoire nationale israélienne : formation, variations, contestations. ». Déjeuner Après-midi 14h-17 h salle de conférences 14h-16h Table ronde animée par JF Sirinelli avec Ludivine Bantigny (Université de Rouen), Claire Blandin (Université Paris 12), et Sudhir Hazareesingh (Université d’Oxford)

Le Congrès 2015 de l’ADHC se tiendra Samedi 26 septembre 2015 à la Maison de la Recherche Maison de la recherche de Paris-Sorbonne- 28 rue SERPENTE - 75 006 - Odéon- Cluny - St Michel. matin - 9h-12h salle D040 10 heures-12 heures Conférence d’Avner Benamos (Université de Tel Aviv)« La Mémoire nationale israélienne : formation, variations, contestations. ». Déjeuner Après-midi 14h-17 h salle de conférences 14h-16h Table ronde animée par JF Sirinelli avec Ludivine Bantigny (Université de Rouen), Claire Blandin (Université Paris 12), et Sudhir Hazareesingh (Université d’Oxford)

Au colloque de Cerisy consacré en août 2004 à « L’histoire culturelle du contemporain » (cf. Laurent Martin et Sylvain Venayre (dir.) Paris, Nouveau Monde Editions, 2005), certaines interventions avaient, peu ou prou, tourné autour de la question des relations entre histoire culturelle et histoire politique. Pour ma part, je m’étais permis d’intituler mon intervention : « Histoire culturelle et histoire politique, forcément reliées ». Le propos se voulait, sinon provocateur, en tous cas porteur d’un débat. Il signifiait bien, en effet, que : 1- La question devait être posée. 2- L’une des vertus de l’histoire culturelle est bien que, tout autant qu’un domaine, elle est aussi un regard, susceptible d’enrichir d’autres champs historiographiques, et notamment celui de l’histoire politique. 3- Mais le « forcément » prête doublement à discussion, ou plus précisément il peut et doit être discuté « depuis » les deux champs.

Une décennie après, alors que ces champs ont poursuivi leurs évolutions respectives, quelle est la nature de leurs relations ? L’idée de cette table ronde est de reposer cette question à nouveaux frais, à la lueur de telles évolutions, qui ont été considérables. Et de placer, bien sûr, la question sous le signe du débat historiographique, à travers la diversité des objets relevant de l’un ou l’autre champ – ou des deux – et la multiplicité des sensibilités historiographiques.

Jean-François Sirinelli