Accueil du site > Publications > Dernières parutions > Mars 2012

Publications

Recherche par mots-clés

Mars 2012

    CHAUDRON Martine, L’exception culturelle, une passion française ? Eléments pour une histoire culturelle comparée, L’Harmattan, 2011.

    CHAUDRON Martine, L’exception culturelle, une passion française ? Eléments pour une histoire culturelle comparée, L’Harmattan, 2011.

    DOSSE François, Paul Ricœur. Un philosophe dans son siècle, Editions Armand Colin, 2012.

    DOSSE François, Paul Ricœur. Un philosophe dans son siècle, Editions Armand Colin, 2012.

    DUCANGE Jean-Numa, La Révolution française et la social-démocratie. Transmissions et usages politiques de l’histoire en Allemagne et Autriche, 1889-1934, Rennes, PUR, 2012.

    DUCANGE Jean-Numa, La Révolution française et la social-démocratie. Transmissions et usages politiques de l’histoire en Allemagne et Autriche, 1889-1934, Rennes, PUR, 2012.

    GABILLIET Jean-Paul, R. Crumb, Bordeaux, PUB, 2012.

    GABILLIET Jean-Paul, R. Crumb, Bordeaux, PUB, 2012.

    GENET Jean-Philippe et ZORZI Andrea, Les historiens et l’informatique. Un métier à réinventer, Rome : École Française de Rome, 2011.

    GENET Jean-Philippe et ZORZI Andrea, Les historiens et l’informatique. Un métier à réinventer, Rome : École Française de Rome, 2011.

    GENEVEE Frédérick, La fin du secret : Histoire des archives du Parti communiste français, Paris, éditions de l’Atelier, 2012.

    GENEVEE Frédérick, La fin du secret : Histoire des archives du Parti communiste français, Paris, éditions de l’Atelier, 2012.

    O’NEILL Rosemary, Art and Visual Culture on the French Riviera 1956-1975 : The Ecole de Nice, Asghate, 2012.

    O’NEILL Rosemary, Art and Visual Culture on the French Riviera 1956-1975 : The Ecole de Nice, Asghate, 2012.

    PINSOLLE Dominique, Le Matin. Une presse d’argent et de chantage (1884-1944), Presses Universitaires de Rennes, 2012.

    PINSOLLE Dominique, Le Matin. Une presse d’argent et de chantage (1884-1944), Presses Universitaires de Rennes, 2012.

    Ce livre retrace l’histoire du journal Le Matin à partir de sources jusque-là inexploitées. Le Matin est à la fois le premier quotidien « à l’américaine » lancé en France (en 1884) et le premier titre à reparaître sous l’Occupation. Dès le départ dirigé par un affairiste sans scrupules, il devint cependant très rapidement une feuille de chantage et un organe corrompu largement discrédité. Au-delà du cas particulier, ce livre entend poser la question de la liberté de la presse en régime capitaliste.

    PROVENZANO François, Historiographies périphériques. Enjeux et rhétoriques de l’histoire littéraire en francophonie du Nord (Belgique, Suisse romande, Québec),

    PROVENZANO François, Historiographies périphériques. Enjeux et rhétoriques de l’histoire littéraire en francophonie du Nord (Belgique, Suisse romande, Québec),

    Écrire l’histoire d’une littérature, c’est répondre à certains enjeux sociaux. C’est aussi tenir un discours qui argumente, théorise, périodise, bref c’est utiliser une série de ressources rhétoriques. Ces deux dimensions, propres à toute historiographie littéraire, sont particulièrement intéressantes à observer dans les périphéries francophones, où la précarité institutionnelle de l’objet littéraire lui-même a pu être compensée par un abondant discours d’escorte. Suivre les variations de ce discours, la manière dont il ne cesse de négocier une représentation acceptable de son objet, c’est donc tâcher de mieux comprendre la dynamique même de ces littératures périphériques.

    Centrée sur les ensembles belge, suisse romand et québécois, la présente étude comparatiste laisse ainsi apparaître les lignes de convergence qui dessinent une francophonie littéraire du Nord. Elle propose également une série d’outils et de jalons pour une approche socio-rhétorique de l’historiographie littéraire.

    RICHARD Bernard, Les emblèmes de la République, CNRS Editions, 2012.

    RICHARD Bernard, Les emblèmes de la République, CNRS Editions, 2012.

    Faire voir, ou entendre, la République pour la faire aimer : voilà le rôle, aujourd’hui comme hier, des emblèmes étudiés dans cette vaste fresque, résultat de trente ans de recherches. Un monument de savoir, à l’école de Maurice Agulhon, qui retrace l’origine, la signification, les métamorphoses des symboles visuels, graphiques et sonores incarnant la République et ses valeurs. Images de la Liberté comme Marianne et le bonnet phrygien ; panoplie d’emblèmes comme le drapeau tricolore, la Marseillaise, la fête nationale, le coq gaulois, le faisceau de licteur, le monogramme RF… Sans oublier ces « monuments parlants » que sont les mairies, les statues civiques, les noms de rue, le Panthéon, les monuments aux morts de la Grande Guerre… L’époque révolutionnaire fut la principale « fabrique des images », qui s’imposent définitivement dans les premières décennies de la Troisième République. Multipliant les inscriptions et les emblèmes, la France de Jules Ferry pratique une décoration cumulative, foisonnante et éclectique. Avec l’homme du 18 juin, la Cinquième République apporte son lot de créations ou de métamorphoses : reprise de la croix de Lorraine, rôle nouveau donné à l’image du président de la République… Une histoire vivante qui plonge au plus profond de notre imaginaire républicain. « À ma connaissance, il n’y avait pas encore de synthèse aussi ample, documentée, réfléchie… Cette hauteur de vue fait de cet ouvrage l’oeuvre d’un véritable historien, d’un érudit sans oeillères. À cela s’ajoute le souci d’indiquer la profondeur historique de chacun des éléments de son objet, qu’il s’agisse des emblèmes inscrits sur le bois et la pierre ou qu’il s’agisse des arbres, tous éléments traités de leur origine à aujourd’hui. » Alain Corbin

    SAUVAGE Monique et VEYRAT-MASSON Isabelle, Histoire de la télévision française de 1935 à nos jours, Nouveau Monde Editions, 2012

    SAUVAGE Monique et VEYRAT-MASSON Isabelle, Histoire de la télévision française de 1935 à nos jours, Nouveau Monde Editions, 2012

    Cet ouvrage propose des repères clairs pour comprendre les étapes majeures des relations entre télévision et pouvoir politique, la généalogie des techniques et l’évolution des programmes et des rapports avec le public.

    WIEVIORKA Annette, L’heure d’exactitude. Histoire, mémoire, témoignage, (Entretiens avec Séverine Nikel), Albin Michel, 2011.

    WIEVIORKA Annette, L’heure d’exactitude. Histoire, mémoire, témoignage, (Entretiens avec Séverine Nikel), Albin Michel, 2011.

    Enquête sur le parcours et les publications qui ont jalonné la carrière de l’historienne Annette Wieviorka, ce livre d’entretiens avec Séverine Nikel lui permet de faire à la fois le récit de son propre destin familial et de son engagement politique, et de retracer en même temps la genèse de son parcours d’historienne. Revenant notamment sur ses premiers travaux de recherche (liés à la transmission de la mémoire polonaise ou encore à la résistance juive communiste), elle explique comment elle est devenue, à partir de sa thèse Déportation et Génocide, une historienne de la mémoire de la Shoah, dont elle est la pionnière. Élève d’Annie Kriegel, Annette Wieviorka est aussi spécialiste du communisme et de son rapport avec l’identité juive. Au fil des entretiens se précisent les contours d’une méthode spécifique – le choix d’une histoire essentiellement orale –, et les questions qui en découlent : comment travailler avec des témoins vivants ? Comment l’historien, en tant que personne, réagit à la question du mal ? Avec l’examen approfondi de notions comme celle de témoin (Qu’est-ce qu’un témoin ? Quels types de témoignages ont existé et comment analyse-t-on leur fiabilité ? Quel lieu de mémoire ? Auschwitz ?) ou celle de l’indicible, mais aussi dans le dialogue avec d’autres grandes figures d’historiens (Saul Friedländer, Christopher Browning…), ces entretiens dressent un panorama de l’historiographie de la mémoire du Génocide. Directrice de recherche au CNRS, Annette Wieviorka est historienne, spécialiste de la Shoah et de l’histoire des Juifs au XXe siècle. Elle a été membre de la Mission d’étude sur la spoliation des Juifs de France. Séverine Nikel est rédactrice en chef – responsable des collections – de la revue L’Histoire.